Matérialisme De La Rencontre Althusser

matérialisme de la rencontre althusser Un article écrit par Max Weber, un philosophe social renommé de son temps qui est membre du Conseil de théorie sociale en Allemagne était intitulé «Le matrialisme de la rencontre d’Althusser», et dans cet article Weber tente de décrire comment il en est arrivé là. conclusion qu’il y avait un fossé majeur entre ce que la société pensait qu’elle devrait être et ce qu’elle est réellement. Dans l’introduction de cet article, Weber mentionne que la première partie de l’article se concentre sur ce que signifie le terme société matricentrique et ce que l’on entend par ce terme.

Dans la deuxième section de cet article, Weber aborde le concept de la rencontre althusser. Ce qu’il dit dans cette section, c’est que, selon la théorie du matérialisme de la rencontre althusser, la société est devenue plus qu’une simple société économique. Il affirme également que cette société n’est pas quelque chose qui peut être qualifié de purement économique. Au lieu de cela, la société est quelque chose qui contient tous les différents éléments de la vie sociale tels que la famille, la religion, l’art, la science, etc. Ces éléments sont interconnectés en ce qu’ils contribuent tous à la structure plus large de la société. Chaque partie de la société influence alors les autres afin de les empêcher de s’effondrer.

En ce qui concerne la rencontre althusser, Weber estime qu’elle montre au monde social que ses différentes parties doivent être intégrées pour fonctionner. En effet, dans le processus d’intégration des différentes parties de la société, il y aura moins de conflits. Il y a aussi moins de conflits parce qu’il y a moins de séparation entre les gens en raison du regroupement en groupe. En conséquence, la société peut fonctionner sans heurts sans avoir besoin d’un conflit constant. Cela permet à son tour à la société de fonctionner plus efficacement. Selon Weber, cela se traduit par des sociétés plus prospères parce que la société est capable de mieux faire les choses.